Nombre total de pages vues

vendredi 13 janvier 2012

Perte du AAA de la France : l'euro dégringole

vendredi 13 janvier 2012,

L'euro a chuté lourdement face au dollar, vendredi après-midi, tombant à son plus bas niveau depuis août 2010, après des informations sur un abaissement imminent de notes souveraines de pays de la zone euro, et notamment de la France. Vers 16h20 à Paris, l'euro est tombé à 1,2638 dollar, marquant ainsi un niveau plus bas depuis plus de 16 mois, alors qu'il valait 1,2816 dollar jeudi vers 23h (heures locales). L'euro plongeait aussi face à la devise nippone,
tombant à la même heure à 97,20 yens, au plus bas depuis décembre 2000, contre 98,38 yens la veille. Vers 17h20 (heures locales), l'euro valait 1,2679 dollar et 97,55 yens.

« L'euro a pris une claque »

Alors que la France bénéficiait d'une notation «AAA», la meilleure note possible, selon une source gouvernementale européenne, sa note et celles d'autres pays de la zone euro sont dégradées par l'agence Standard & Poor's, tandis que l'Allemagne va conserver son triple A.


Suite à cette annonce, « l'euro a pris une claque vendredi », commentait Ian O'Sullivan, analyste du courtier Spread Co. Après avoir nettement rebondi jeudi grâce à des émissions obligataires rassurantes en Italie et en Espagne, l'euro avait déjà amorcé son repli vendredi après les résultats mitigés d'un nouvel emprunt italien.

La fuite des investisseurs craignant la contagion

« Le vent de panique qui s'est mis à souffler sur le marché a entraîné » l'euro dans une spirale baissière, et « même les spéculateurs les plus haussiers ont commencé à jeter l'éponge », observait Ian O'Sullivan. Pour David Song, analyste chez DailyFX, la confirmation de ces dégradations « déclencherait une fuite des investisseurs vers les actifs jugés les plus sûrs (comme le dollar et le yen sur le marché des devises, ndlr) car l'augmentation des risques de contagion de la crise plomberait le moral des cambistes ».

Selon différentes sources, S&P pourrait aussi de nouveau abaisser les notes de l'Espagne et de l'Italie, deux pays fortement endettés et considérés par le marché comme susceptibles de faire appel prochainement à une aide financière extérieure.
LeParisien.fr avec l'AFP
Enregistrer un commentaire